#Dessin|Gribouillage

ce qu’est le gribouillage par rapport au dessin

L’action de dessiner est liée à la volonté de représenter. Evoquer par le dessin la présence sur le papier d’un objet, d’une forme, d’ une personne. Quand le dessin ne représente rien d’identifiable, on parle de gribouillis, de gribouillage. En général ce mot affecte les dessinateurs. Gribouiller est un jugement, c’est péjoratif. Mais peut-être faut-il revenir à l’intention véhiculée par chacun de ces mots. Dessiner, c’est essayer de représenter, gribouiller n’est pas contraint par l’injonction de représentation. Gribouiller peut aussi être un espace de liberté dont les limites ne semblent s’arrêter qu’à celles de la feuille volante, de la page du carnet de croquis.

Quand et pourquoi gribouille t’on ?

L”esprit semble occupé ailleurs lors d’une conversation téléphonique, une réunion, un lieu d’attente et c’est parfois un reflexe de gribouiller sur ce qui nous tombe sous la main. Nous n’y prêtons pas vraiment d’importance. En tous cas pas la même attention que si l’on désirait dessiner. Gribouiller alors pourrait tout à fait être comparé à l’aiguille qui dessine des tracés en continu sur une bande de papier, lors d’un encéphalogramme ou si l’on veut aussi un sismographe qui analyse l’activité volcanique. Ce qu’on y découvre en y prêtant tout à coup attention ce sont des signes, des formes répétitives, un rythme selon lequel s’opère tout gribouillage. Et ce rythme semble intime, très personnel. C’est peut-être même ce que l’on ne montre pas de nous aux autres. Une intimité. Ce qui ajoute au malaise probablement lorsque quelqu’un se penche, imagine que l’on dessine et s’exclame à voix haute “tu gribouilles”. Le gribouillage est une zone sensible. Raison de plus si on en cherche pour s’intéresser encore plus aux gribouillis. Ce que ça dit de notre état intérieur. C e que ça propose comme pistes de réflexion quant à ces fameuses formes personnelles, à ces signes récurrents. On peut s’y intéresser rétrospectivement, sans entrer non plus dans une séance analytique. Peut-être même s’en inspirer par la suite pour peindre. Est t’on moins attentif à ce qui se passe autour de nous lorsque nous gribouillons ? D’après certaines études réalisées il semble qu’au contraire le gribouillage puisse améliorer la capacité de concentration.

Je vous renvoie ici à cet article dans lequel on découvre quelques avantages au gribouillage.

  1. Permet de mieux se concentrer
  2. Aide à devenir plus productif
  3. Mieux se connecter à l’instant présent
  4. Améliorer sa créativité en général.
  5. Créer de meilleures connexions neuronales et donc obtenir plus d’idées.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*